La Démoustication en Charente-Maritime

La surveillance entomologique

La première mission du Service départemental de démoustication est d’assurer une surveillance entomologique permanente sur les territoires d’intervention et d'évaluer le risque entomologique.

 1- Inventaire et dynamique des espèces

 La dynamique des moustiques est liée à la gestion de l'eau. Les pluies (orages) et les marées sont des facteurs d'influences naturels, mais l'Homme intervient également dans la gestion des milieux par l'aménagement de structures (digues, fossés, écluses, marais, polders...). Les différentes activités humaines peuvent influencer la prolifération des moustiques : saliculture, ostréiculture, aquaculture, agriculture, conservation de l'environnement et activité de loisirs (chasse). Certaines espèces ne produisent qu'une seule génération  par an (espèces univoltines), alors que d'autre espèces sont beaucoup plus prolifiques et peuvent produire jusqu'à 15 générations par an (espèces plurivoltines).

La recherche et l’identification des moustiques reposent sur la formation et l’expérience des agents. Chaque Centre du srvice départmental de démoustication dispose du matériel de détermination nécessaire pour les espèces les plus courantes. Des compétences et du matériel spécifiques sont mobilisables au laboratoire de Saint-Laurent-de-La-Prée (Bibliothèque et centre de documentation).


La présence de moustiques aux stades larvaires est recherchée par des prospections en milieu aquatique dans les habitats appelés « gîtes larvaires ». L’identification des gîtes larvaires en zone humide repose sur une connaissance précise du fonctionnement hydraulique et des acteurs des marais. La cartographie dynamique des gîtes constitue un outil de travail essentiel à la connaissance et à la maîtrise du fonctionnement des milieux. Elle s’appuie en particulier sur des éléments botaniques, indicateurs écologiques du fonctionnement du biotope (cartes phyto-écologiques). Les prospections des gîtes larvaires permettent d’identifier et de déterminer les espèces présentes, ainsi que la densité et le stade de développement des larves.


D'autres méthodes d'échantillonnage permettent de récolter des œufs ou des moustiques adultes. Le piège pondoir a pour but d'offrir un support de ponte aux espèces de moustiques qui se reproduisent dans de petites collections d'eau (réservoirs d'eau, creux d'arbres). Le relevé régulier de ces pièges permet d'identifier les espèces grâce aux œufs récoltés. Le piège à CO2 a pour but d'attirer les moustiques adultes en quête d'un repas de sang. Attirés par le souffle discontinu de CO2 imitant le dégagement humain de CO2, les moustiques sont capturés dans un filet relevé régulièrement. La capture de moustiques adultes permet l'évaluation de la densité de moustiques piqueurs et l'identification de nombreuses espèces.

 

Dynamique d'Aedes sticticus Dynamique d'Aedes rusticus Dynamique d'Aedes detritus Dynamique d'Aedes caspius Dynamique d'Aedes albopictus

 

2 - Evaluation du risque entomologique

Face aux enjeux de santé publique, le service départemental de démoustication de la Charente-Maritime participe à la veille entomologique menée sur les moustiques vecteurs. En effet, suite à l’expertise collégiale réalisée en 2009 à la demande conjointe de 5 Ministères français (Santé, Recherche, Agriculture, Environnement et Intérieur), tous les moustiques sont aujourd’hui considérés comme vecteurs potentiels de maladies, requalifiant la démoustication comme une composante de la Lutte Anti-Vectorielle (LAV). Ainsi, la surveillance des espèces anthropophiles constitue une action de Lutte Anti-Vectorielle préventive.



Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plusok